Le Paradis sur Terre

[metaslider id=4194]
Une scénographie numérique et sensorielle de Tomek Jarolim et Emmanuel Martini DC.
Avec la collaboration artistique de l’équipe de Dreck, une pièce mise en scène par Charles Berling, 2013.
Dans le cadre du Théma #10 – Enfers et Paradis
Théâtre Liberté, Toulon.

Le paradis est dans le ciel, le visiteur a la tête dans les nuages, entre bleu azur du jour et noir profond de la nuit. une déambulation dans un paradis des sens avec cette installation céleste qui s’appuie sur des images, des lumières, des odeurs, des goûts et des sons, puis une descente vers l’enfer avant de découvrir le spectacle Dreck. Le public est également convié à un voyage olfactif en traversant le Théâtre Liberté. D’entrée c’est une impression de légèreté, d’apesanteur au-dessus des nuages, qui nous cueille avec les effluves d’un rosier en pleine floraison. C’est une senteur enveloppante qui emmène l’enfant qui se cache en nous vers ce paradis rêvé propre à chacun. Pour le créateur, le paradis se porte avec une rose rouge à peine fruitée, légèrement lactée et musquée. Une composition de rose rouge plus capiteuse que la précédente, sucrée et pétillante, habille avec une pointe de gourmandise l’espace entre paradis et descente aux enfers. Son aspect légèrement oriental est un clin d’oeil aux origines irakiennes du protagoniste de Dreck. Enfin, le souffre, les bois brulés et les notes animales s’unissent dans la descente aux enfers, première image de cette peur primaire qui habite notre inconscient collectif.

Dreck :

Il dit s’appeler Sad, ce clandestin irakien qui a traversé plusieurs continents avant d’achever son périple en Allemagne, où il vend des roses pour survivre. Sa confession est troublante, truffée de souvenirs, de mensonges et de reniements qui nous égarent sur sa personnalité. Il ne possède qu’ « une chaise pour patrie » et se définit lui-même comme un « barbare ». Non, il « ne méritait pas de venir »… Dans une société en crise, « l’autre » symbolise souvent une menace. Immigré, clandestin ou tout simplement citoyen jeté à la rue par un destin cruel, le « pas comme nous » est cible de toutes nos suspicions. Avec Dreck , Robert Schneider donne une voix singulière à ces êtres socialement et culturellement désespérés. Après une première mise en scène en 1997 pour le Théâtre National de Strasbourg (sous le titre d’Ordure), Charles Berling renoue avec cette pièce puissante dont le sujet reste plus que jamais d’actualité. Il nous propose une nouvelle création, avec la performance de l’acteur Alain Fromager, explorant jusqu’au vertige la force et les failles de cet inquiétant et très émouvant personnage de Sad.

Théma #10 : Enfers et Paradis :

Le Théma #10 est une variation libre autour du spectacle Dreck de Robert Schneider, mis en scène par Charles Berling, l’histoire d’un paradis fantasmé et d’un enfer vécu. Ce Théma portera sur le paradis et l’enfer, leur naissance historique et leur évolution contemporaine au regard de la littérature, du cinéma, de la religion, de la psychanalyse et de la philosophie. Brandis pour pacifier les moeurs au Moyen-Âge, ces concepts ont-ils toujours le même écho aujourd’hui ? La société contemporaine hédoniste et marchande ne transforme-t-elle pas la terre en paradis perdu ?

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.